VIGLI.ORG

Retour Accueil

Consensus911.org -- Des preuves dérivées scientifiquement qui offrent aux médias la confiance nécessaire pour adresser les craquelures croissantes du récit du 11/9


(19/10/11) - Les médias sont de plus en plus confrontés à de nouvelles données probantes qui vont à l’encontre du récit officiel des attentats de 9/11.

Par exemple, le 10 octobre, le New-York Times a revu ses rapports antérieurs sur la source des spores d'anthrax utilisées dans les terribles agressions sur des membres des médias et du Sénat, après le 11-septembre.

Le FBI a considéré que les lettres portant les spores avaient apparemment été produites par une main musulmane et que les spores étaient à faible composante technologique.

L'enquête la plus longue dans l'histoire du FBI a finalement attribué l’origine des spores à un "loup solitaire" dérangé travaillant au laboratoire d’armes biologiques de Fort Dietrick au Maryland. Le criminel présumé, le docteur Bruce Ivins, s'est apparemment suicidé en 2008 après d’intentes allégations du FBI à son encontre. Le FBI a clôturé le dossier.

Cependant, il est apparu que docteur Ivins était un chercheur respecté dans le domaine des vaccins avec de nombreuses publications à son crédit et qu’il était entouré d’un groupe de collègues loyaux.

Une enquête de l'Académie des sciences nationale de 18 mois sur ce dossier a récemment constaté que les spores étaient de beaucoup trop haute technologie pour qu’une personne puisse les avoir conçues seule et suggère qu’une nouvelle enquête remplace le compte rendu de FBI défaillant.

Egalement dans l’actualité, le 17 octobre, l’émission de la BBC Today Programme a interviewé le dénonciateur du FBI Ali Soufan, Soufan a révélé – comme l’avait fait l'ancien l’ancien chef de contreterrorisme de la Maison Blanche Richard Clarke quelques semaines avant lui – que la C.I.A. avait délibérément bloqué les avertissements du FBI de menaces d’attaques de pirates de l'air – des avertissements qui pourraient avoir empêché les attentats.

Ces reportages penchent vers des preuves de complicité intérieure dans les attentats, longtemps considérées comme établies par des chercheurs indépendants.

Mais certains experts disent que les journalistes ne sont pas qualifiés pour remettre en cause les rapports techniques du gouvernement sur les écroulements de bâtiments et sur l'attentat de Pentagone – que des l'avis d’experts doivent être engagés pour que ces rapports puissent être opposés de façon significative.

Un tel avis est désormais disponible au sein du nouveau Jury de Consensus 11/9, un organisme international de 21 experts en physique, en ingénierie, en chimie et en d'autres disciplines.

Pour l'examen des preuves, le Jury a retenu la Méthode Delphi, utilisée dans le domaine de la médecine par des jurys pour développer des déclarations de consensus qui guident les médecins vers des directives des traitements de pointe disposant "des meilleures données probantes".

Dans une étude Delphi, les déclarations proposées sont expédiées par la poste aux destinataires qui restent aveugles l'un vis à vis de l'autre et qui classe et fournit le retour d'information sur les déclarations prises en compte.

Quand les rounds successifs de retour d'information ont affiné une déclaration à un niveau élevé de consensus, on considère la déclaration comme faisant partie « des données les plus probantes » sur ce sujet.

Le Jury de Consensus 11/9 de vingt et un experts a passé près d’une année à développer son premier groupe de 13 points de consensus de preuves relatives au compte rendu officiel des événements du 11 septembre 2001.

Ces 13 points ont obtenu un consensus de 90 à 100 % et sont disponibles sur Consensus911.org.

Cette vérité n'est pas une théorie du complot ou la conjecture de personnes non informées.

Ces sont des preuves dérivées scientifiquement qui offrent aux médias la confiance nécessaire pour adresser les craquelures croissantes du récit du 11/9 – qui ne semblent pas près de disparaître de si tôt.

(Trad. JLG).

 

Retour Accueil

Lien vers le site Consensus911.org
(en anglais)