VIGLI.ORG

 
[ ACCUEIL ] - [ PRESSE ] - [SCIENCE] - [ OBSERVER ] - [ INFO-CONFERENCES ] - [ DECODAGE DE 25 TECHNIQUES DE DESINFORMATION ] - [ACTION] - [ LIENS ]

Conférence de l'architecte américain Richard Gage le 27 avril 2015 à
à Bruxelles
Vérité sur le 11 septembre :
IL N'A JAMAIS ETE AUSSI IMPORTANT D'EN PARLER

Des questions et des éléments de preuve "en béton armé"
pour vous aider à retrouver une assise solide
dans cette période de grande confusion à l'échelle internationale

Conférence exceptionnelle à Bruxelles
Richard Gage AIA (USA)
Fondateur de Architects & Engineers for 9/11 Truth
Tournée dans 20 villes européennes

Lundi 27 avril 2015 à 20h00
(Ouverture des portes à 19h30)

Centre Culturel Woluwe-St-Pierre - Auditorium 660 places
Av. Charles Thielemans 93, 1150 Bruxelles

Conscience - Esprit critique - Dignité - Justice - Liberté

Venez nombreux

Conférence en anglais avec traduction
Tickets : Adultes 10 EUR - Etudiants : 4 EUR

Réservation en ligne :
OPTION 1 : http://tickasso.com/e/verite119

OPTION 2 : Mail à jlg911@gmail.com + Versement sur compte N° BE70 9793 8581 9525
(Commentaire : NOM + Nb. places Adultes + Nb place Etudiants)

Parlez-en autour de vous
Flyer (4 x A6) à télécharger, imprimer et partager (FR)
Affiche PDF à télécharger et imprimer (FR)

Praat erover met vrienden en familie

Flyer (4 x A6) te downloaden, afdrukken en verdelen (NL)
PDF affiche te downloaden en af te drukken (NL)


Partager l'évèvement sur Facebook

 



Pourquoi les gens biens gardent-ils le silence sur le 11 Septembre ?
Une analyse psychologique - PDF 30 pages - Frances T. Shure (2013-2015)

L’honneur perdu de l’Occident
Par Robert Fisk, 10 mai 2009 - The Independent & Contreinfo

Les massacres répétés de populations civiles sous les bombardements de la coalition en Afghanistan réduisent à néant toutes les prétentions morales qui sont avancées pour justifier cette guerre. Une armée en campagne qui prend le risque de tuer des dizaines de civils en écrasant des villages sous les bombes pour ne pas avoir à exposer la vie de ses soldats dans un affrontement rapproché avec les rebelles ne vaut pas mieux que ceux qu’elle prétend combattre. Les morts du village de Granai n’ont pas fait les gros titres. Aucune voix ne s’est élevée ici pour poser cette question brûlante : que font la France et la Belgique dans cette sale guerre ? L’indifférence en ces circonstances confine à la complicité. Quelque soient les arguments que l’on puisse avancer sur les différences entre les règles d’engagement entre les forces américaines et européennes, après ce massacre, ce ne sont qu’arguties. Qui pourrait, après Granai, avoir le front d’affirmer que cette guerre est « juste » ? Qui pourrait décemment le croire ? Sûrement pas le peuple Afghan, sans l’ombre d’un doute. (Contreinfo)

Bien sûr, il y aura une enquête. D’ici là, on devrait nous dire que tous les civils afghans tués avaient été utilisés comme « boucliers humains » par les talibans, et nous déclarerons que nous « regrettons profondément » que des vies innocentes aient été perdues. Mais nous affirmerons également que la faute en incombe aux terroristes et non pas aux héroïques pilotes, aux Marines, et aux forces spéciales qui désignaient les cibles à Bala Baluk et Ganjabad.

Quand les Américains détruisent des maisons en Irak, il y a une enquête. Et les Israéliens, ô combien, aiment les enquêtes (même si elles ne révèlent rien). C’est là l’histoire du Moyen-Orient aujourd’hui. Nous sommes toujours dans notre droit et quand ce n’est pas le cas, nous faisons (parfois) des excuses, puis ensuite faisons porter le blâme à tous ces « terroristes ». Oui, bien sûr, tous ces coupeurs de tête et responsables d’attaques suicides sont tout à fait prêts à massacrer des innocents.

Mais le simple fait que ce soit le si faible Président Hamid Karzai qui apparaisse comme un symbole de grandeur d’âme lorsqu’il a appelé hier à « un niveau de moralité plus élevé » dans la conduite de la guerre, et dit que nous devrions nous y comporter en « meilleurs êtres humains », montre à quel point ce massacre a été terrible.

L’explication est fort simple, bien sûr. Nous vivons, ils meurent. Nous ne prenons pas le risque d’exposer nos braves petits gars sur le terrain - pas pour des civils. Ni pour rien d’autre. Nous tirons des obus au phosphore sur Falloujah. Nous tirons des obus de char sur Najaf. Nous savons que nous tuons des innocents. Israël fait exactement la même chose. Et il a également dit la même chose après que ses alliés aient massacrés 1700 civils dans les camps de réfugiés de Sabra et Chatila en 1982, et après la mort de plus d’un millier de civils au Liban en 2006, et après la mort de plus d’un millier de Palestiniens dans la bande de Gaza cette année.

Et si on tue en même temps des hommes en armes - des « terroristes », bien sûr - c’est alors le même argument habituel du « bouclier humain » qui est utilisé, avec au bout du compte, un blâme pour les tactiques des « terroristes » . Nos tactiques militaires sont désormais en parfaite harmonie avec celles d’Israël.

La réalité, c’est que le droit international interdit aux armées de tirer sauvagement sur les bâtiments où s’entassent les civils et de bombarder sauvagement les villages - même lorsque des forces ennemies y sont présentes - mais que ces règles ont été jetées par dessus le bord en 1991 lors des bombardements de l’Irak, puis en Bosnie, puis durant la guerre que l’OTAN a mené en Serbie, puis durant la guerre d’Afghanistan en 2001, puis durant l’aventure en Irak de 2003. Qu’elle ait lieu, cette enquête ! Et que l’on parle des « boucliers humains »... Terreur, terreur, et encore terreur....

Une dernière remarque : innocents ou « terroristes », civils ou talibans, ce sont toujours les musulmans qui sont à blâmer.

Le piège afghan, la bombe à retardement pakistanaise
Par Chris Hedges , 12 mai 2009, Contreinfo

Chris Hedges a rencontré le docteur Juliette Fournot, ancienne responsable des opérations de MSF durant la guerre afghane contre l’occupation soviétique. Mme Fournot, qui connaît bien l’Afghanistan pour y avoir résidé durant l’adolescence, replace le conflit actuel dans une histoire de longue durée qui fait terriblement défaut ici. Elle rappelle que le soutien américain aux jihadistes durant la dernière guerre, largement instrumentalisé par le Pakistan, n’a jamais eu pour objectif d’aider l’Afghanistan et les afghans, mais uniquement d’affaiblir une union soviétique moribonde. A l’époque, les groupes modérés et laïques étaient ignorés par les USA, tandis que l’Arabie Saoudite exportait ses prêcheurs fondamentalistes, dans l’indifférence de leur allié. Si nous sommes oublieux de ce passé récent, les Afghans eux s’en souviennent fort bien. Quelques remarques. Les forces occidentales ont épuisé leur crédit moral en Afghanistan. Le renforcement du corps expéditionnaire qui affrontera l’offensive de printemps des talibans, la multiplication des attaques aériennes sur le sol pakistanais, feront à coup sûr de nouvelles et nombreuses victimes civiles, qui renforceront la détermination des Pachtounes à ne pas accepter de transiger, ni en Afghanistan, ni au Pakistan. La guerre menée en Afghanistan est une cause perdue. Mais l’enjeu désormais, c’est la stabilité du Pakistan. En poursuivant et en étendant les opérations militaires, le risque de voir se déclencher la « bombe à retardement » pakistanaise est accru d’autant. Faute de prendre conscience collectivement de cette situation - aussi désagréable soit-elle - ce constat nous échappe : avec sa crise économique qui répand la misère dans le monde, ses spéculations sur les matières premières et les grains, ses sanglantes aventures militaires, l’occident est objectivement l’un des facteurs majeurs de déstabilisation de la sécurité mondiale, largement perçu comme tel. Mais nous sommes les seuls à ne pas le voir.

>> Lire la suite sur contreinfo



>> Communiqué de presse

>> Press release

 

 

Conférence-débat de David Ray Griffin du 15 avril 2009 - à Bruxelles
Un nouveau regard sur le 11 septembre
Centre culturel de Woluwé-Saint-Pierre

PDF (3 MB ) de la conférence

David Ray Griffin (*) : " De nombreuses personnes (y compris les politiciens et les journalistes) se sont fait une opinion sur le 11-Septembre et sur le mouvement pour la vérité sur le 11/9, il y a déjà longtemps, quand il leur paraissait y avoir peu de raisons de douter de l'honnêteté de l'administration Bush et que ce mouvement contestataire pouvait être caricaturé, sans trop d'exagération, comme une bande de gosses sur Internet.

Pourtant, nous disposons maintenant de preuves abondantes que l'administration Bush-Cheney a enfreint la loi à plusieurs reprises et formulé des mensonges ayant entraîné la mort d'au moins un million de personnes. Le mouvement pour une nouvelle enquête indépendante est maintenant mené par des scientifiques et de nombreux professionnels de la société civile, comme le montre l'apparition de diverses organisations; citons par exemple: les Architectes et ingénieurs pour la vérité sur le 11/9 , les Pompiers pour la vérité sur le 11/9, les Juristes pour la vérité sur le 11/9 , les Professionnels de la Santé pour la vérité sur le 11/9, les Pilotes pour la vérité sur le 11/9, les Dirigeants politique pour la vérité sur le 11/9 , les Responsables religieux pour la vérité sur le 11/9, les universitaires (comme “Scholars for 9/11 Truth and Justice” qui comprend un grand nombre de scientifiques) et des Anciens militaires ou vétérans de guerre pour la vérité sur le 11/9. Le mouvement comprend également plusieurs anciens officiers du renseignement.

Grâce à ces professionnels, les éléments de preuve sont accablants : la version officielle du complot est fausse. La seule difficulté est d'amener les gens à s'intéresser à ces éléments de preuve. Car une fois qu'ils sont disposés à le faire, ils s'aperçoivent vite que l'histoire officielle ne tient tout simplement pas la route.

Enfin, le remplacement de l'administration Bush par celle d’Obama est important à trois égards. Tout d'abord, les éventuels “whistleblowers” (dénonciateurs d'abus) pourraient avoir moins peur de se faire connaître. Deuxièmement, les médias pourraient devenir plus enclins à dévoiler les dizaines de contradictions et autres problèmes que recèle le mythe officiel. Et troisièmement, il reste, à minima, la possibilité d'une véritable enquête. Les deux pétitions des associations Responsables religieux pour la vérité sur le 11/9 et Dirigeants politiques pour la vérité sur le 11/9, par exemple, se terminent en demandant au Président Obama d'autoriser la création d’une nouvelle enquête, véritablement indépendante. "

(*) Professeur Emérite de Philosophie de la Religion et de Théologie, co-directeur du Centre pour les Etudes de la Méthode à l'Ecole de Théologie de Claremont, David Ray Griffin a publié 34 livres, principalement sur le problème du mal et sur la relation entre la science et la religion. Sept de ses ouvrages concernent le 11-Septembre, dont 3 sont traduits en français. Quatre de ces ouvrages ont fait l’objet d’une reconnaissance spéciale : Le Nouveau Pearl Harbor et Omissions & manipulations ont reçu le Prix de la Fondation Hélios en 2006. 11/9, La faillite des médias a obtenu la médaille de bronze dans la catégorie Actualités du Independent Publisher Book Awards 2008. The New Pearl Harbor Revisited fut sélectionné comme l’un des 50 meilleurs livres de l’année 2008 par Publishers Weekly et comme le « choix de la semaine » le 24 novembre 2008.

 

Incendie à Pekin d'un gratte-ciel similaire au WTC-7 ... sans effondrement

Le 9 février 2009, un énorme incendie a ravagé l'hôtel Mandarin Oriental en construction à Pékin. L'incendie a fait rage pendant plus de cinq heures alors que 600 pompiers ont essayé en vain d'en venir à bout. L'ensemble de l'immeuble de 44 étages a été envahi par les flammes en quelques 30 minutes.

La progression du feu très rapide pourrait s'expliquer par le fait que le système de sprinklers et d'autres mesures de sécurité n'étaient pas encore opérationnels. Le feu a été enclenché suite aux feux d'artifices de célébration du Nouvel An chinois.

Il est remarquable que dans un monde post-11 septembre, un tel immeuble ne se soit pas effondré !

Lire la suite >> (en anglais)

 

Communiqué de presse
Persbericht

Conférence de l'architecte américain Richard Gage du 16 novembre 2008
à Louvain-la-Neuve (UCL)
"9/11 Blueprint for Truth, The Architecture of Destruction"
WTC – Analyse technique de la chute des 3 tours. Le rapport du NIST en question.

Dans le cadre d'une tournée européenne de 9 conférences (Londres, Madrid, Vienne, Genève, Paris, Aachen, Bruxelles/LLN, Hambourg et Berlin) Richard Gage, spécialiste en structures métalliques lourdes, et président de l'association Architects & Engineers for 9/11 Truth qui regroupe aujourd'hui plus de 500 architectes et ingénieurs réclamant l'ouverture d'une enquête officielle indépendante sur les attentats du 11/9, a présenté devant un auditoire de 200 personnes les éléments de preuve de la démolition contrôlée explosive des 3 tours du WTC. De nombreux bureaux d'architectes et d'engineering avaient été contactés : 4 architectes et 22 ingénieurs étaient présents. Malgré les invitations et les encouragements personnalisés et en dépit d'une actualité peu chargée, aucun journaliste n'a par contre fait le déplacement.

Au centre de la remise en cause de la thèse officielle, parmi de nombreux éléments de preuve de démolition contrôlée explosive (distinctes pour le WTC7 et pour les tours jumelles,) rien ne permet d'expliquer la chute libre du bâtiment 7 plusieurs secondes durant, ni le caractère explosif en forme de champignon de la démolition des tours jumelles.

Mesure de la vitesse du WTC7 s'effondrant.
Pendant 2,6 sec la pente (accélétation instantanée)
est proche de 9,81 m/sec² (chute libre).
Début de "l'effondrement"
d'une des deux tours jumelles.

Le NIST (National Institute of Standard & Technology), contrairement aux pratiques légales en matière de démolition accidentelle, n'a PAS recherché de traces d'explosifs dans les débris des bâtiments. Dans ce qui s'apparente à une vaste entreprise de dissimulation et de confusion du public, son rapport de milliers de pages (non soumis à comité de lecture) perd le lecteur dans des dédales techniques sans intérêt, ne divulgue pas les données utilisées dans ses modèles informatiques et comporte nombre d'erreurs et d'omissions. A noter aussi que le NIST lui-même avait développé et testé, dans les années 90, en collaboration avec le Pentagone et le Lawrence Livermore National Laboratories, une nouvelle génération de «thermite», appelée «sol-gel nano-thermite» (www.journalof911studies.com - Vol. 22, July 2008).

La conférence a connu un franc succès et suscité de très nombreuses questions. Avant la présentation, il y avait 9 participants qui croyaient la version officielle de "l'effondrement" des 3 gratte-ciel dus au feu, et 53 qui avaient des doutes. Après la conférence, il n'y avait plus personne qui croyait à la thèse officielle et à peine 4 participants avaient encore des doutes. Nous regrettons que contrairement à ce que le vice-rectorat de l'université avait prévu, aucun professeur de génie civil de l'UCL n'ait pu se libérer pour participer au débat.

Taux de conversion après la conférence de Richard Gage - Moyenne européenne :
96% de ceux qui croyaient la version officielle n’y croient plus
82% de ceux qui avaient des doutes n’en ont plus.

Concluons avec Richard Golay de l'association suisse Le 11 septembre en question : "Aujourd'hui, on ne peut plus ignorer qu'une importante partie de l'opinion publique dans le monde ne croit pas ou plus dans l'explication officielle. De récents sondages l'indiquent clairement. Cloisonnée au départ sur Internet, la contestation s'affiche de plus en plus dans les canaux médiatiques traditionnels. A ce mouvement global, est souvent opposée une approche sociologique ne reposant pas sur l'analyse des faits, mais sur des considérations subjectives, voire dogmatiques. Notre société occidentale se vante d'une approche rationnelle de la réalité. A ce titre, elle ne peut faire l'économie d'un débat technique et public sur les événements du 11 septembre 2001."

A ceux qui dénoncent « un usage dément du principe du doute », nous leur rappelons les mots du philosophe des Lumières René Descartes : « Pour examiner la vérité, il est besoin, une fois dans sa vie, de mettre toutes choses en doute autant qu'il se peut. » (…)

Traduction du texte introductif de la conférence (20 premières minutes)

Le DVD "911:BLUEPRINT FOR TRUTH
The Architecture of Destruction
" reprend l'ensemble de la conférence de deux heures (présentation Powerpoint + vidéos) et est disponible à la vente.
Pour le commander, veuillez verser 20 EUR (frais d'envoi Belgique compris) sur le compte 979-3858195-25 et envoyer un mail à jlg911(at)gmail.com


Interview de Richard Gage à l'UCL le 16/11/2008
envoyé par Moizzze


Interview de Richard Gage - Avril 2008

Articles scientifiques publiés

Environmental Anomalies at the World Trade Center: Evidence for Energetic Materials
by Kevin R. Ryan, James R. Gorley, and Steven E. Jones
Published in The Environmentalist
August 4th, 2008, doi: 10.1007/s10669-008-9182-4

Fourteen Points of Agreement with Official Government Reports on the World Trade Center Destruction
by : Steven E. Jones, Frank M. Legge, Kevin R. Ryan, Anthony F. Szamboti, James R. Gourley
Published in The Open Civil Engineering Journal
April 2008, Volume 2 (1) pp.35-40, ISSN NO: 1874-1495, doi: 10.2174/1874149500802010035
>> Traduction en français (PDF)

Lettres

Scientists, Scholars, Architects & Engineers respond to NIST : Public Comments on WTC 7 Draft Reports
Official response to NIST's Final Report on WTC 7 by sixteen scientists, architects, engineers, and others
September 15, 2008
>> Traduction en français (PDF)

660 votes : la pétition sur le site change.org aura été de courte durée

Le numéro de Newsweek International du 28/11/08 présentait un article intitulé "President 2.0" faisant référence au www.change.org/ideas recensant les idées que les gens voudraient voir soumettre au nouveau président américain, le site s'engageant à lui présenter le jour de l'investiture le top 10 des idées qui auront reçu le plus de votes.

L'idée d'une nouvelle enquête sur le 11/9 figurait dans la liste : "Conduct a new, independent investigation into the attacks of September 11, 2001 : Given the hundreds of inconsistencies and contradictions that abound in the formal explanations provided to the world by the Bush Administration, it behooves the Obama administration to conduct a true, unbiased, independent investigation into what transpired on 9/11/01, which has since served as a pretext to start wars in Afghanistan and Iraq and roll back civil liberties via the Patriot Act." - Debora Blake (concerned, informed citizen)

Censure. A notre regret, le 30/11/08 en fin de soirée, change.org décidait de retirer cette idée de la liste pour non cadrage avec la politique du site, ainsi que tous les commentaires associés. Cette idée avait pourtant obtenu 660 votes en 48 h, la plaçant en première position parmi des centaines d'autres dans 30 catégories differentes. En réponse à cela, l'auteure de la proposition, Debora Blake, a mis en ligne le site suivant : www.topratedbutcensored911idea.com

 

[ ACCUEIL ] - [ PRESSE ] - [SCIENCE] - [ OBSERVER ] - [ INFO-CONFERENCES ] - [ DECODAGE DE 25 TECHNIQUES DE DESINFORMATION ] - [ACTION] - [ LIENS ]